La loi Alur désespère les agents immobiliers

Le projet de loi ALUR (Accès au Logement et un Urbanisme Rénové) présenté par la ministre du Logement et de l’Egalité des Territoires Cécile Duflot qui est étudié actuellement par les deux assemblées fait grincer des dents auprès des agents immobiliers. La ministre grâce à son projet espère 3 « mieux protéger les uns et les autres avec un souci d’équilibre ».

Cependant il arrive au mauvais moment pour les agents immobiliers, en effet sur fond de crise dans le secteur. Le  nombre de transactions qui baisse et une légère baisse des prix, sont les causes des difficultés actuelles des professionnels. 3000 points de vente ont fermé, ainsi le marché a vu plus de 8000 emplois sur 300000 disparaitre. Cela touche autant les grands réseaux que les indépendants mais ce sont les petites villes qui en pâtissent le plus.

L’un des points clés du projet est la GUL (garantie universelle des loyers) qui reste assez flou à l’heure actuellement et concentre le mécontentement des professionnels de l’immobilier.

L’idée à l’origine de la GUL est de remplacer le système des dépôts de garantie ou caution qui est jugée discriminatoire par un système de substitution des locataires défaillant lors d’impayés. Ce système devait être financé par les locataires et les propriétaires par un système de taxes. Cependant une pause fiscale a été demandée par le président de la République.

Cécile Duflot est très critiqué par les professionnels du secteur en raison de ce flou qui entoure le financement. Ce problème de financement pourrait bien mettre en danger tout le projet de loi.

En tout état de cause, les agents immobiliers espèrent certains aménagements sur le projet de loi étant donné que la ministre a déjà fait preuve de concession et reste ouverte à des modifications de son texte sans précisions pour l’instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *